Le pagne, la femme, l’économie

Voici un article intéressant parut sur le blogue Yacindesign dédié à la mode et au rôle de la femme africaine: http://dialloyacine.wordpress.com/2013/04/19/lhistoire-du-pagne-africain/

 

De très nombreuses sortes de pagne coexistent en Afrique, fabriqués avec les matériaux de la forêt ; en écorce battue ornée de motifs M’buti par les Pygméesau Zaïre, aux tissus les plus riches et complexes inspirés des techniques indonésiennes, en passant par les pagnes colorés des Masaï et les pagnes courts et affriolants réservés à l’intimité dans l’Ouest et centre-ouest du continent.

 

Exemple de motifs

Dans les pays du Golfe de Guinée, de la Côte d’Ivoire au Sud du Nigeria, le pagne traditionnel était une pièce de tissu d’environ 1m de large et 8,5m de long. Cette forme se retrouve également dans le sari/dhoti indien, la toge romaine et la forme ancienne du kilt écossais. Lors des occupations quotidiennes, le pagne était plié en deux dans le sens de la longueur et enroulé autour des hanches. Dans des situation plus “formelles”, les cérémonies, ou quand il faisait froid, il était déplié et drapé à la façon d’une toge ou d’un sari, une partie s’enroulant autour de la taille et le bord libre rejeté derrière l’épaule gauche, ou parfois relevé sur la tête. Bien entendu, si un individu pouvait se permettre de posséder plusieurs pagnes, il utilisait les plus usés en position “travail” lors de ses occupations journalières et un pagne de bonne qualité drapé autour du corps pour les grandes occasions. À l’époque moderne, le pagne des femmes fut coupé pour former trois parties (pagne, corsage et surjupe ou châle). Celui des hommes n’est plus utilisé que pour de grandes occasions et/ou par les hommes d’un certain rang (prêtres, chefs traditionnels au Ghana, notamment).

On appelle pagne wax les tissus imprimés utilisés notamment en Afrique de l’Ouest, jusqu’en République démocratique du Congo, et dont la technique s’inspire des Batiks Javanais, réalisés avec des cires hydrophobes (Wax signifie « cire »). Les premiers tissus de ce style ont d’ailleurs été ramenés par des mercenaires ghanéens travaillant en Indonésie pour les Britanniques et les Hollandais. La création et le tissage de ces pagnes ont donné lieu à une véritable industrie, les originaux ayant été produits en Hollande (real Dutch wax). Il existe des versions imprimées (faux-wax) très dynamiques en Côte d’Ivoire notamment. Les motifs, parfois humoristiques ou populaires (images de héros de série télévisé, formules chocs…) en sont dessinés par des artistes burkinabés, maliens, ivoiriens principalement. Il y a aussi les pagnes kitas en Côte d’Ivoire et au Ghana.

batikle pagne batik

 

Advertisements